🚧 Site en cours de refonte. Vous pouvez toujours accéder à l’ancien site via cette url : http://old.erwanlesaout.com/

Publications

Mes différentes recherches portent sur les thèmes suivants :

Ø Microstructure des marchés financiers
Ø Management des risques (risque de liquidité, value at risk)
Ø Analyse technique
Ø Développement durable et finance
Ø Matières premières agricoles
Ø Microfinance
Ø Finance carbone
Ø Finance Comportementale
Ø Gestion de trésorerie

Ces différents thèmes de recherche ont donné lieu à de nombreuses publications et communications rédigées en nom propre et en collaboration.

Articles publiés

Ø » Performance of Listed Microfinance Institutions « , (coll. avec L. Daher), Strategic Change, forthcoming.

Ø » Carbon Pooling ou comment gérer les crédits carbone à partir d’une trésorerie centralisée « , Recherches en Sciences de Gestion, n°108, à paraître.

Ø » The determinants of the financial performance of microfinance institutions : Impact of the global financial crisis « , (coll. avec L. Daher), Strategic Change, vol. 24, n°2, p.131-148, 2015.

Ø » Microfinance and Financial Performance « , (coll. avec L. Daher),Strategic Change, vol. 22, n°1-2, p.31-45, 2013.

Ø » Socially responsible finance – a fast-expanding market « , (coll. avec D. Wolff) Dnepropetrovsk University Journal (JDU), Series of world economics and International economics relation, vol. 20, n°10-2, p. 80-87, 2012.

Ø » L’indice CAC 40 : vingt ans de rentabilités « , La Revue du Financier, n°185, pp.5-22, Septembre_octobre 2010.

Ø » Nintendo remis à flot avec la Wii « , (coll. avec E. Bonneveux et R. Soparnot), Revue des Cas en Gestion, n°3, p.23-34, Octobre 2010.

Ø » Les différents métiers en salle des marchés « , (coll. avec I. Klein), Action Future, n°34, pp.40-45, janvier-février-mars 2010.

Ø » Comment expliquer la performance de l’investissement socialement responsable « , (coll. avec C. Buscot), Management et Avenir, n°23, p. 150-166, Avril 2009.

Ø » Les investisseurs sont-ils bien lunés ? / Ebbe oder Flut für Anleger ? « , Banco, n°50+n°45, pp.24-25, Été 2009 / Sommer 2009.

Ø » Interdire le short selling n’est pas efficace « , Revue Banque, n°708, P. 50-51, Décembre 2008.

Ø » La finance carbone : les fondements du marché européen des quotas  » (coll. avec F. Pratlong), Banque Stratégie, n°260, P. 56-65, Juin 2008.

Ø » La finance carbone : les développements institutionnels  » (coll. avec F. Pratlong), Banque Stratégie, n°259, P. 15-25, Mai 2008.

Ø » Liquidity at Risk on the French Stock Market « , Finance Letters, in press, 2006.
Conventional Value at Risk models lack of a treatment of liquidity risk. Neglecting liquidity risk leads to an underestimation of overall risk and misapplication of capital for the safety of financial institutions. The standard Value at Risk model assumes that any quantity of securities can be traded without influencing market prices. In reality, most markets are less than perfectly liquid. Recent financial turbulences, as the collapse of LCTM, proved that liquidity is a significant risk for market players. The main aim of this article is to demonstrate the importance of the liquidity risk component in financial markets applying the Liquidity Adjusted Value at Risk model provided by Bangia, Diebold, Schuermann and Stroughair (1999) on the French stocks market. Our results indicate that the exogenous liquidity risk may represent more than a half of market risk for illiquid stocks.

Ø » Finance et développement durable « , Euro-Mediterranean Economics and Finance Review, n°4, P. 169-204, September 2006.
Cet article a pour objet d’effectuer une synthèse des recherches sur l’intégration de la notion du développement durable en finance. En effet, depuis le milieu des années quatre-vingt-dix sous l’impulsion de l’Organisation des Nations Unies et de divers Organismes Non Gouvernementaux, le développement durable a connu un essor sans précédent qui affecte de nombreux milieux. Cette synthèse s’organise autour de quatre thèmes : la responsabilité sociétale des entreprises, l’investissement socialement responsable, la communication extra-financière et la notation sociale.

Ø » La performance des indices socialement responsables : mirage ou réalité ? « , (coll. avec J. Le Maux), Revue Sciences de Gestion, n°44, p. 51-79, 2004.
Les fonds axés sur des valeurs sociales, éthiques ou encore environnementales ont vu leur encours considérablement augmenter au cours de ces dernières années. Investissement de niche il y a encore peu, l’investissement socialement responsable occupe désormais une place à part entière sur les marchés financiers. Cet article a pour objet d’étudier la performance des indices socialement responsables. Nous montrons que leur performance n’a rien à envier aux indices traditionnels. Plusieurs pistes d’explication de l’absence d’une « décote sociale », que l’on était en droit d’attendre, sont proposées.

Ø » Indice, Mon Bel Indice : Dis-Moi Qui Est Le Plus Performant – Le cas des indices éthiques « , < I>Banque et Marchés, n°74, janvier 2005.
Cet article se situe dans le prolongement de l’article de Le Maux et Le Saout (2003) où les auteurs concluent à l’absence de différences significatives de performance des indices éthiques par rapport aux indices généraux. Ce résultat est quelque peu contre intuitif. En effet comme l’indique la théorie moderne de portefeuille, la moindre diversification devrait conduire à une sous-performance. Devant ce résultat quelque peu surprenant, Le Maux et Le Saout (2003) suggèrent plusieurs tentatives d’explications. Les auteurs pensent notamment qu’un biais de performance peut être masqué par une méthodologie différente de calcul des indices. L’objet de cet article consiste justement à reconstruire les indices éthiques selon une méthodologie identique et à valider ou non les différences de performances des indices éthiques.

Ø » Le passage au flottant de l’indice CAC40: une réforme insuffisante? « , (coll. avec A. Fontenla), La revue du financier, n°148, Décembre 2004.
Cet article a pour objet de constater que l’indice CAC40, à l’instar des autres indices nationaux, ne constitue pas un bon benchmark pour la gestion indicielle quelle que soit la méthode de calcul retenue en raison notamment de la législation sur la gestion collective qui limite l’exposition. Dans le cas du CAC40, la modification de la méthodologie de calcul, contre toute attente, amplifie certains phénomènes de surpondération au sein de l’indice français. A terme les gérants devraient proposer des fonds essentiellement indexés sur des indices ayant un univers d’investissement plus large. Les indices européens constituent une première réponse à cette demande.

Ø » The Performance of Sustainability Indexes »(coll. avec J. Le Maux), Quaterly Journal of Finance, vol 18, April-may 2004.
Recent years have seen a very important growth in Socially Responsible Investment” over the world. Socially Responsible Investment is no more a niche. The aim of this paper is to analyse the performance of sustainability indexes. We show that Socially Responsible Investment does not under-perform the market. We propose some explanations of the apparent absence of social cost in investing in Socially Responsible Investment.

Ø » Intégration du risque de liquidité dans les modèles de valeurs en risque « , Banque et Marchés, n°61, Novembre 2002.
L’objet principal de cet article est de mettre en relief la présence du risque de liquidité sur le Règlement Mensuel. Après avoir effectué une revue de la littérature traitant du risque de liquidité, souvent oublié par les modèles d’évaluation des risques de marché, nous mettons en oeuvre le modèle de Value at Risk ajustée par le risque de liquidité proposé par Bangia, Diebold, Schuermann et Stroughair (1999). Nous concluons par une décomposition du risque de liquidité en un risque exogène de marché et un risque endogène lié à la taille de la position de l’investisseur. Ces résultats signalent un risque de liquidité (endogène et exogène) parfois aussi important que le risque de cours.

Ø » Le chartisme et l’évolution des cours d’actions « , La Tribune, Mars 2001.
Cet article a pour objet de rappeler les fondements de l’analyse technique et de signifier que celle-ci ne remet pas en cause l’hypothèse d’efficience des marchés.

Ø » Un Indice de Liquidité Multidimensionnel « , Banque et Marchés, n°41, juillet 1999.
L’objet principal de cet article est de présenter un nouvel indice synthétique de liquidité. L’originalité de notre mesure est de prendre en compte les trois composantes de la liquidité : volume, temps et prix. Nous montrons tout d’abord que notre indice, VTP, fournit une bonne représentation de ce qu’est réellement la liquidité, au vu des estimations effectuées à partir des mesures habituelles. Par la suite, nous constatons que lors du mini-krach boursier d’octobre 1997, la liquidité augmente selon VTP mais diminue si nous utilisons les mesures habituelles. Nous expliquons cette différence par une mauvaise prise en compte des dimensions activité et déviation de cours.

Ø » Le Dénouement des Contrats à Terme : Analyse d’une Séance Particulière sur le Règlement Mensuel « , Banque et Marchés n°38, janvier 1999.
L’objet principal de cet article est d’analyser le comportement des actions figurant dans l’indice CAC40 lors de la séance d’arrivée à échéance des contrats à terme sur indice. L’étude empirique effectuée sur le Règlement Mensuel nous permet de constater une augmentation du nombre de transactions concernant uniquement les valeurs composant l’indice phare de la Bourse de Paris durant cette séance particulière. Plus précisément, cet accroissement anormal de l’activité boursière ne se produit que durant la période de calcul de l’indice de compensation. Cette anomalie saisonnière est aussi vérifiée en termes de volatilité ; les résultats concernant la rentabilité vont également dans ce sens.

Chapitres d’ouvrage collectif

Ø » Microfinance Performance in Financial Markets: The case of Microfinance Investment Vehicles « , (coll. avec L. Daher), Accountability and Social Responsibility: International Perspective. Cambridge Scholarly Publishing, 2016.

Ø » La finance socialement responsable « , (coll. avec D. Wolff), Le développement durable : théories et applications au management. 2e éd. Paris : Dunod, 2010, Chapitre 3, pp.35-52

Ø » La responsabilité entre marchés financiers et management : l’investissement socialement responsable « , (coll. avec V. Serret), Responsabilités de l’entreprise, Éditions De Boeck, , 2006.
Associé aux thématiques du développement durable, et de la Responsabilité Sociale de l’Entreprise, celle de l’Investissement Socialement Responsable (ISR) est incontournable. L’ISR concrétise le souhait des épargnants de connaître la destination et l’utilisation de leur argent. D’un point de vue opérationnel, il s’agit d’un processus d’investissement qui prend en compte les conséquences sociales et environnementales, à la fois positives et négatives, de cet investissement dans un cadre rigoureux d’analyse financière (définition Social Investment Forum). Le chapitre s’articulera autour de deux parties. La première partie définit le champ d’investigation selon deux axes ; les fondements historiques de l’ISR et les stratégies d’investissement rencontrées sur le marché. La deuxième partie essaie de mesurer les implications du développement d’un tel mode d’investissement. Cette évaluation est d’abord réalisée au travers de la littérature sur la mesure de performance des fonds socialement responsable. Dans un second temps, on s’interrogera sur les difficultés et contradictions posées par le choix de critères retenus par les agences de notation sociétales en charge de la qualification des entreprises éligibles à la constitution d’un portefeuille socialement responsable. La conclusion s’attachera à évaluer les perspectives futures de l’ISR.

Ø » Dividend yield strategies in the European Stock Market « , Investments, Information, Technologies, Value and Control, Ed. Willmott Wiley, 2006.
The aim of this paper is to apply on the European stock markets one of the most popular dividend-yield strategies called “Dogs of the Dow”. This strategy involves purchasing the ten highest-dividend-yielding stocks on Dow Jones Industrial Average on December 31st and rebalancing them on an annual basis. Our results indicate that the performance of the euro-dogs is higher than the market indexes following Sharpe and Treynor ratios.

Ø » Une estimation dynamique de la liquidité des marchés financiers « , Recherches Récentes en Finance, PUS, Juin 2004.
L’objet de cet article est d’adapter sur le marché français des actions une nouvelle mesure de liquidité proposée par Engle et Lange (2001). Cette mesure, nommée VNET, est une statistique construite à l’aide des modèles de durée autorégressive conditionnelle introduit par Engfle et Russell (1997). A partir de ce nouvel indicateur, nous pouvons alors expliquer l’évolution de l’évolution de la liquidité en séance.

Ø » Grandeur et décadence des start-up dans la nouvelle économie « , (coll. avec G. Basset ) , Contrôle et Pouvoir dans la PME, Presses Universitaires de Rennes, Novembre 2002.
Ce chapitre a pour objet de présenter les entreprises française de la net-économie selon différentes approches – financière, managériale et marketing.

Ø » Risque de Liquidité et Valeur en Risque « , Actes des XVèmes journées des IAE, Presses Universitaires de Pau, 2000.
L’objet principal de cet article est de mettre en relief la présence du risque de liquidité sur le Règlement Mensuel. Après avoir effectué une revue de la littérature traitant du risque de liquidité, souvent oublié par les modèles d’évaluation des risques de marché, nous mettons en oeuvre le modèle de Value at Risk ajustée par le risque de liquidité proposé par Bangia, Diebold, Schuermann et Stroughair (1999). Nos principaux résultats signalent un risque de liquidité parfois aussi important que le risque de cours. Nous concluons par une décomposition du risque de liquidité en un risque exogène de marché et un risque endogène lié à la taille de la position de l’investisseur.

 

Livres

Ø Introduction aux Marchés Financiers , 5ème édition, Préface de Jean-François Théodore, Economica, Collection Techniques de Gestion, 2016.

Ø Introduction aux Marchés Financiers , 4ème édition, Préface de Jean-François Théodore, Economica, Collection Techniques de Gestion, 2013.

Ø Introduction aux Marchés Financiers , 3ème édition, Préface de Jean-François Théodore, Economica, Collection Techniques de Gestion, 2011.

Ø Introduction aux Marchés Financiers , 2ème édition, Préface de Jean-François Théodore, Economica, Collection Techniques de Gestion, 2008.

Ø Introduction aux Marchés Financiers , Economica, Collection Techniques de Gestion, 2006.

 

Monographies

Ø » Variations autour de la liquidité  « , Habilitation à Diriger des Recherches -Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, 24 Juin 2009.

Ø » La Liquidité. De la microstructure à la gestion du risque de liquidité « , Ph.D in Finance, Rennes 1 University, 21 nov. 2000.

Ø » De l’activité en général et de ses relations en particulier « , 1997.

Ø » La gestion des fonds de pension « , 1997.

 

Communications (Sélection)

Ø » La gestion du risque de prix des matières premières agricoles : le cas des coopératives de collecte-vente « .

Ø » The efficiency of listed microfinance institutions « .

Ø » Crédits carbone : comment gérer les positions à partir de la trésorerie de la maison mère ? « .

Ø » La performance boursière dans la microfinance : le cas des entreprises cotées « , (coll. avec L. Daher ).

Ø » Determinants of the profitability of microfinance institutions « , (coll. avec L. Daher ).

Ø » Microfinance and Financial performance », (coll. avec L. Daher ).

Ø » La finance socialement responsable, un marché au contenu protéiforme – le cas des titres de créances « , (coll. avec D. Wolff).

Ø » La Prime de Risque sur les Devises et le Risque de Croissance de la Consommation « , (coll. avec J. Fouilloux ).

Ø » Influence of the Outliers in the higher order Portfolio Allocation « , (coll. avec A. Charles et G. Yannou ).

Ø » Les investisseurs sont-ils bien lunés ? « .
Parmi les courants de recherche en vogue, la « behavioral finance » ou « finance comportementale » a donné lieu à de nombreuses publications récentes. Parmi eux, certains traitent du comportement des individus en présence de risque ou d’incertitude et mettent en relief des observations régulières d’anomalies de marchés. De manière plus anecdotique, on peut mentionner les travaux de Hirshleifer et Shumway (2003). Ces auteurs mettent en évidence des relations entre les évolutions des cours boursiers et les conditions météorologiques. La recherche proposée appartient à cette catégorie de travaux qui tentent de se jouer de l’efficience des marchés. Nous nous proposons d’étudier l’influence du cycle lunaire sur les comportements boursiers. En effet, ne nombreuses légendes sont associées à la lune. Nos résultats indiquent que fort heureusement l’efficience n’est pas remise en cause.

Ø » Les euro-dogs « .
Parmi les nombreuses stratégies proposées pour battre le marché, une d’entre elles a rencontré un important succès en raison de sa simplicité et de ses performances sur le marché américain : les « dogs of the dow ». Cette stratégie consiste à sélectionner en fin d’année les dix titres du Dow Jones ayant affiché le meilleur ratio dividende/cours passé. Nous appliquons cette stratégie sur les marchés européens et observons des performances très intéressantes aussi bien en termes de rentabilités brutes qu’en termes de rentabilités ajustées au risque.

Ø » Financial Communication, Levels of Result and Risk of the Investor « , (coll. avec avec J. Le Maux et A. Steyer ).
L’objectif retenu par le présent travail de recherche est de proposer un modèle d’analyse des déterminants de la communication financière des sociétés cotées en France. En effet, une rapide lecture des rapports annuels permet de noter une différence importante en terme de contenu, surtout dans la première partie qui n’est pas soumis à de quelconques règles, que cela soit du législateur ou des autorités de régulation. Une étude empirique basée sur des régressions logit et des régressions PLS permet de noter un lien direct entre la situation financière de la société, ses structures en terme de gouvernance d’entreprise et la communication financière.

Ø » Volatilité, stabilité et microstructure des marchés « , (Table ronde).

Ø » La performance des indices éthiques », (coll. avec J. Le Maux).
Au cours de ces dernières, on a pu assister au sein de la communauté financière à un intérêt croissant pour la notion d’investissement éthique. L’objectif du présent travail de recherche est d’étudier la performance des indices éthiques par rapport aux indices financiers mondiaux, régionaux ou nationaux. Nous montrons ainsi que, dans la majorité des cas, les premiers ne font l’objet ni d’une performance supérieure, ni d’une “ décote sociale ”.

Ø » Le facteur social dans le stratégies financières d’investissement : origines et enjeux », (coll. avec P. Robert ).
Cet article a pour objet d’étudier sur les conséquences de la montée en puissance de la considération de critères éthiques en matière d’investissement. Après avoir analysé l’incidence de la financiarisation de l’économie sur la GRH au cours d’une première partie, nous nous interrogeons sur l’impact de la prise en compte de critères éthiques, et par voie, de la gestion des ressources humaines sur la financiarisation de l’économie. Nous concluons sur l’examen de différentes limites opérationnelles actuelles de l’investissement éthique.

Ø » La nature du risque de liquidité « , (coll. avec A. Aubier ).
Les récentes crises financières ont été à l’origine de nombreux débats. Beaucoup se sont interrogés sur les éléments constitutifs de cette crise systémique. Dans le cas de la crise russe, selon le FMI, le facteur qui a déclenché ce processus d’interdépendance des risques est l’illiquidité du marché des changes. En période de crise financière, la liquidité tend à s’assécher, ce qui se traduit non seulement par une baisse de l’offre de liquidité mais aussi par une augmentation de la corrélation des actifs. Ceci a pour effet de rendre inopérant la diversification. Cet article a pour objet de définir au mieux la nature du risque de liquidité. Une meilleure appréciation de ce concept est en mesure de favoriser l’émergence de modèles appropriés de gestion des risques. A cette fin, nous souhaitons mettre en relief l’existence de facteurs communs de la liquidité et étudier leur lien avec la rentabilité du titre afin de démontrer la nature systématique du risque de liquidité.

Ø » Une analyse de l’effet compensation « , (coll. avec M. Auguy ).
Cet article a pour objet l’analyse de l’effet compensation mis en relief par Le Saout (1999). Celui-ci étudie le comportement de l’indice CAC40 lors de la séance d’arrivée à échéance des contrats à terme sur indice. Il constate accroissement anormal de l’activité boursière ne se produit que durant la période de calcul de l’indice de compensation. Cette anomalie saisonnière est aussi vérifiée en termes de volatilité et de rentabilité. Nous examinons ainsi l’évolution de la liquidité durant la période d’estimation de l’indice de compensation et recherchons, à travers l’étude du placement des ordres, si cette phase fait l’objet d’une augmentation conjointe de la demande et de l’offre de liquidité ou seulement de la demande de liquidité, ce qui justifierait l’augmentation de la volatilité.

Ø » Découvrez un nouvel outil qui vous permettra d’explorer de nouvelles pistes de recherche pour renforcer la maîtrise de vos opérations sur titres « , (coll. avec M. Auguy).

Ø » La Liquidité Réelle à la Bourse de Paris : de Nouvelles Estimations », (coll. avec M. Auguy ).
Cet article a pour objectif l’analyse de la liquidité du Règlement Mensuel durant la séance. Après avoir considéré la profondeur du carnet d’ordres, nous analysons le lambda de Kyle (1985) ainsi que la Fourchette Moyenne Pondérée. L’apport essentiel de cette étude, outre sa méthodologie novatrice (nous reconstituons le carnet d’ordres), est de prendre en compte les volumes cachés dans le carnet. Nos principaux résultats sont la mise en relief d’une offre de liquidité nettement plus abondante qu’elle n’apparaît aux yeux des investisseurs ; ainsi nous observons une profondeur cachée aussi bien à l’achat qu’à la vente parfois supérieure à la profondeur visible. Ceci n’est pas sans conséquence sur les autres mesures : le résultat le plus intéressant concerne incontestablement la Fourchette Moyenne Pondérée ; nous nous apercevons qu’un investisseur désireux d’échanger un bloc d’actions de taille équivalente à une TNB, doit privilégier le système CAC au détriment du marché de blocs.

Ø » La Liquidité Cachée de la Bourse de Paris : une Étude du Règlement Mensuel  » (coll. avec M. Auguy).
Cet article a pour objectif l’analyse de la liquidité du Règlement Mensuel durant la séance. Elle est mesurée ici par la profondeur du carnet d’ordres ainsi que par la Fourchette Moyenne Pondérée. L’apport essentiel de cette étude, outre sa méthodologie novatrice (nous reconstituons le carnet d’ordres), est de prendre en compte les volumes cachés dans le carnet. Nos principaux résultats sont la mise en relief d’une offre de liquidité nettement plus abondante qu’elle n’apparaît aux yeux des investisseurs ; ainsi nous observons une profondeur cachée à la vente parfois supérieure à la profondeur visible. En ce qui concerne la Fourchette Moyenne Pondérée, nous nous apercevons qu’un investisseur désireux d’échanger un bloc d’action de taille équivalente à une TNB, doit privilégier la transaction sur le marché au détriment du système hors système CAC.

Ø » La Cotation en Euros à la Bourse de Paris : l’Impact sur l’Échelon de Cotation ».
L’objectif de cet article est d’établir les conséquences du passage à la cotation en euros des actions françaises à la Bourse de Paris. Notre investigation porte sur la fourchette de cotation, l’échelon de cotation et le libellé des ordres à cours limites. Nous tentons de vérifier si la fourchette est contrainte par l’échelon de cotation et si nous assistons réellement à des concentrations d’ordres autour de valeurs de cotation arrondies. A partir des résultats significatifs que nous avons obtenus, nous observons l’évolution des phénomènes mis en relief après les modifications de la monnaie de cotation et de la valeur des échelons de cotation. Nous constatons d’une part que, contrairement à ce que nous avions établi, la fourchette de cotation n’est pas contrainte par la valeur du tick et d’autre part que la concentration des ordres libellés à des valeurs exactes perdure.

Ø » Les Mesures Usuelles de la Liquidité : un Exemple d’Inefficacité ».
L’objet principal de cet article est de mettre en relief l’inefficacité des mesures usuelles de la liquidité lorsque les marchés financiers connaissent de fortes variations de prix. Afin de prouver cette relative inefficience, nous proposons un nouvel indice synthétique de liquidité. L’originalité de notre mesure est de prendre en compte les trois composantes de la liquidité : volume, temps et prix. Nous démontrons alors que notre indice, VTP, délivre une vision de la liquidité analogue aux autres mesures classiques sauf lorsque la volatilité augmente fortement. Ainsi, nous constatons que lors du mini-krach boursier d’octobre 1997, la liquidité augmente selon VTP, mais baisse si nous utilisons les mesures habituelles. Nous expliquons cette différence par une mauvaise prise en compte des dimensions activité et déviation de cours.

Ø » Les Plans d’Épargne Retraite : une Source de Liquidité pour la Bourse de Paris ».
L’objet de cet article est de démontrer que les fonds de pension constituent une nécessité pour la Bourse de Paris afin d’éviter sa marginalisation face aux autres bourses européennes. Non seulement, la profondeur du marché va s’accroître, mais ces fonds vont aussi permettre d’éviter que les actions françaises soient détenues par des investisseurs étrangers au comportement volatil. La récente création des Contrats Investis en Actions en apporte la preuve : la liquidité du Nouveau Marché s’est considérablement améliorée.

 

Présentations

  • 23ème Congrès IAE France, Rennes, juin 2015.
  • 6th International Research Meeting in Business and Management, Nice, juillet 2015.
  • X32nd GdRE International Symposium on Money, Banking and Finance, Nice juin 2015.
  • 5th International Conference of the Financial Engineering and Banking Society, Nantes, juin 2015.
  • XIe Congrès de l’ADERSE, Marseille, mai 2014.
  • International French Finance Conference (AFFI), Aix-en-Provence, mai 2014.
  • 82ème Congrès de l’ACFAS, Montréal, mai 2014.
  • 3rd International Symposium in Computational Economics and Finance (ISCEF), Paris, avril 2014.
  • 3rd Organizational Governance Conference, Copenhague, août 2013.
  • 22ème Congrès des IAE, Nice, juin 2013.
  • 81ème Congrès de l’ACFAS, Québec, mai 2013.
  • 7th International Finance Conference, Mars 2013.
  • 10ème Congrès de l’ADERSE, Brest, mars 2013.
  • GDRE – Annual Workshop on “Frontiers of Finance”, Paris, octobre 2012.
  • 80ème Congrès de l’ACFAS, Montréal, Mai 2012.
  • 9ème Congrès de l’ADERSE, Nice, Mars 2012.
  • Congrès ASAC 2010 : « Un monde entrepreneurial et le développement durable en action », 22-25 mai 2010, Régina, Canada.
  • 57ème congrés de l’AFSE, Paris, septembre 2008.
  • XXVth Symposium on Banking and Monetary Economics, 18, 19 & 20 June, 2008 – Luxembourg.
  • Jounées Intrernationales de l’AFFI, Paris, décembre 2007.
  • 3rd International Finance Conference, Tunisia, March 2005.
  • Congrès International de l’AFFI, Cergy, juin 2004.
  • 17th Congrès des IAE, Lyon, sept. 2004.
  • Colloque international sur le gouvernement d’entreprise, Montréal, mai 2004.
  • Colloque  » Gouvernement d’entreprise : les pistes de la régulation contractuelle « , Paris, mai 2004 .
  • 34th Euro Working Group on Financial Modelling, Paris, may 2004.
  • Colloque de l’AFFI, Paris, Décembre 2003.
  • Entretien de la finance : rencontre chercheurs/Industrie financière, décembre 2003.
  • Congrès International de l’AFFI, Lyon, Juin 2003.
  • 2ème Colloque international sur le gouvernement d’entreprise, Mons, Mai 2003.
  • Conférence « Développement Durable et Entreprise », Atelier de l’AIMS, Mai 2003.
  • 2nd International Finance Conference, Tunisia, March 2003.
  • The european investment review, 2nd annual conference, Sept. 2002.
  • 16th journées des IAE, PAris, Sept. 2002
  • Colloque AGRH, Nantes, Nov. 2002
  • Colloque  » Microstructure of the Financial and Exchange Markets in the Euro Are « , Lille, mai 2002.
  • Congrès International de l’AFFI, Namur, Juin 2001.
  • 15th journées des IAE, Biarritz, Sept 2000.
  • Conférence sur la Modernisation du Règlement Mensuel, Paris, Juin 2000.
  • Entretiens de l’AFFI, Paris, Dec. 1999.
  • Séminaire International Francophone de Finance, Louvain-La-Neuve, Sept. 1999.
  • Congrès International de l’AFFI, Aix-en-Provence, Juin 1999.
  • Séminaire International Francophone de Finance, Grenoble, Sept. 1998.
  • Congrès de l’AFSE, Sept. 1998.
  • Congrès International de l’AFFI, Lille, Juillet 1998. …